Cyclo-cross: le Centre Mondial du Cyclisme est le terrain d'entraînement idéal

oct. 5, 2018, 12:18

Du sable, des collines, des escaliers, des chemins de forêt et une pump track... les terres autour du Centre Mondial du Cyclisme (CMC) UCI ont été le terrain de jeu parfait pour les jeunes talents de cyclo-cross qui suivaient cette semaine un stage à Aigle, en Suisse.

Huit athlètes venant d’Estonie, de Grande-Bretagne, d’Irlande, d’Allemagne, du Luxembourg et de Suède ont pris part au camp d’entraînement annuel de cyclo-cross organisé par le CMC UCI. Âgés de 16 à 20 ans, ils bénéficient de la grande expérience et expertise des Belges Rudy De Bie et Sven Vanthourenhout.

De Bie a entraîné l’équipe de Belgique pendant 15 ans et s’occupe aujourd’hui des jeunes pour Cycling Vlaanderen. Vanthourenhout, ancien élève de Rudy De Bie, a été Champion du Monde Cyclo-cross UCI Moins de 23 ans et il a remporté deux médailles de bronze au niveau Élite. Il est actuellement entraîneur de cyclo-cross à Belgian Cycling (Royale ligue vélocipédique belge).

Cette semaine, les deux hommes ont fait équipe pour diriger le camp d’entraînement du CMC UCI. « Nous nous concentrons sur le côté technique du sport, comme passer dans le sable, sauter, trouver rapidement les pédales. C’est là-dessus que vous pouvez perdre du temps sur une course quand vous paniquez », explique De Bie.

Il a vu la confiance accumulée par les athlètes, même en peu de temps. En plus des sessions techniques, ils font des sorties d’endurance sur la route et de la théorie, mais dans un cadre décontracté.

 « Nous n’allons pas dans une salle de classe », raconte De Bie, pour qui le côté amusant du sport est primordial. « Ce n’est pas que du travail acharné ; ils apprennent tout en s’amusant. »

Vanthourenhout, qui a remporté une manche de la Coupe du Monde Cyclo-cross UCI en 2005 sur les terrains de l’UCI, a ajouté : « Évidemment, ça me rappelle quand j’avais leur âge. En Belgique, nous avions déjà de bonnes structures d’entraînement, mais maintenant il y a de plus en plus de possibilités dans le monde. »

 « Les trois filles cette semaine s’en sortent particulièrement bien et c’est très important, car le cyclo-cross féminin progresse chaque année. »

Dès dimanche, six des huit athlètes pourront mettre à l’épreuve ce qu’ils ont appris cette semaine sur deuxième manche de l’EKZ CrossTour, qui se déroule au CMC UCI.