Le cyclisme féminin à l'honneur

Fervente promotrice du cyclisme féminin, l’UCI travaille en permanence à l’amélioration de la condition des athlètes féminines dans notre sport. Résultat des mesures mises en place, la reconnaissance et la popularité du cyclisme féminin ont atteint aujourd’hui des niveaux sans précédent.

Parmi les initiatives mises en place par l’UCI figurent l'accroissement de la participation des femmes au sein des instances administratives, l'augmentation de la couverture médiatique des événements et la création d'une commission entièrement consacrée au cyclisme féminin.

L’UCI dispose désormais d’une Commission Femmes présidée par Mme Tracey Gaudry, qui regroupe des représentants de toute la famille du cyclisme. Sa mission consiste à conseiller l'UCI et les autres commissions sur toutes les questions concernant le cyclisme féminin. La Commission Femmes a activement participé à des projets comme la création de l’UCI Women’s WorldTour et le processus d’égalisation des prize money pour toutes les disciplines.

Consciente que cette commission a besoin du soutien de l'ensemble des parties prenantes du cyclisme, l’UCI a nommé au moins une femme dans toutes ses commissions sportives. Les bénéfices de cette mesure sont doubles :

• assurer un certain équilibre entre les sexes dans les débats des commissions,
• promouvoir un échange permanent d'information entre la Commission Femmes et les autres commissions.

Plusieurs femmes occupent par ailleurs des postes dirigeants au sein de l’administration de l’UCI, parmi lesquelles la Directrice Générale de l’institution.

L’UCI a augmenté ses effectifs dédiés aux projets en faveur du cyclisme féminin. Cette initiative permet de consacrer aujourd’hui plus de ressources au plan de communication global dédié au cyclisme féminin dans toutes les disciplines. Des projets prometteurs continuent d’être développés dans ces dernières et sont communiqués au fur et à mesure de leur concrétisation.

Le fait que les Jeux Olympiques d'été décernent le même nombre de médailles aux cyclistes des deux sexes montre l'estime déjà portée aux femmes dans notre sport. Dans nos cinq disciplines olympiques – route, piste, mountain bike, BMX Racing et BMX Freestyle –, les compétitions féminines sont intenses et passionnantes, et suscitent un vif intérêt tant auprès des médias que du public. Nos autres disciplines – paracyclisme, cyclo-cross, trial et cyclisme en salle – bénéficient également d'une forte participation féminine, et nos Championnes du Monde UCI portent haut les couleurs de leur sport.

L'UCI veut également disposer d'un large vivier de jeunes talents féminins de tous les continents, prêts à prendre la relève de l'élite actuelle. De nombreuses jeunes femmes suivent les stages du Centre Mondial du Cyclisme (CMC) UCI, à Aigle, en Suisse. Tous les ans, des athlètes prometteuses dans différentes disciplines bénéficient de conseils d'entraîneurs professionnels qui les aident à atteindre le plus haut niveau possible. Plusieurs anciennes stagiaires du CMC UCI se sont distinguées aux Championnats du Monde UCI et aux Jeux Olympiques, notamment en cyclisme sur piste, à l’instar de la Britannique Victoria Pendleton (double Championne Olympique – 2008 et 2012 – et neuf titres mondiaux), de la Chinoise Guo Shuang (quadruple médaillée olympique – 2008 et 2012 – et Championne du Monde UCI du keirin en 2009) ou encore de la Cubaine Lisandra Guerra (Championne du Monde UCI du 500 mètres contre la montre en 2008). Les stagiaires du CMC UCI se sont aussi distinguées dans le BMX : Stefany Hernandez (Venezuela) a été sacrée Championne du Monde UCI à Heusden-Zolder, en Belgique, en 2015, un an après l'Équatorienne Domenica Azuero, Championne du Monde BMX Juniors UCI à Rotterdam (Pays-Bas), et a obtenu une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

Le nombre croissant d’athlètes féminines de niveau Elite et l’augmentation du nombre d’épreuves féminines devraient se refléter dans le nombre de femmes exerçant des professions liées au cyclisme. En 2013, le CMC UCI a organisé un cours réservé aux femmes dans le cadre de son Programme de Formation des Entraîneurs. Celui-ci a attiré dix participantes venues de Finlande, d'Afrique du Sud, d'Iran, de Croatie, d'Azerbaïdjan, du Japon, d'Ouganda, de Hong Kong et du Salvador. Les années suivantes, le CMC UCI a organisé d’autres cours dans le cadre du même programme, auxquelles ont participé une douzaine de femmes d’une dizaine de pays. Entraîneurs diplômés, ces dernières peuvent dorénavant apporter un encadrement de qualité aux jeunes athlètes dans leur pays, et contribuer à élever encore le niveau du cyclisme féminin.

Pour encourager plus de femmes à suivre la formation CMC UCI de Directeur Sportif, l’UCI offre chaque année depuis 2016 des bourses à la majorité des participantes au cours.

Le développement du cyclisme féminin se poursuit plus que jamais, et l'UCI continue à travailler pour lui ouvrir toujours plus de nouveaux horizons.