L'Autriche de retour au sommet mondial

nov. 26, 2018, 11:24

Cycle-ball

C’était la finale de rêve que tout le monde attendait : les Championnats du Monde Cyclisme en salle ont vu l’Allemagne, tenante du titre, donner la réplique à l’Autriche, quadruple championne du monde. À l’issue des débats, Patrick Schnetzer et Markus Bröll (Höchst/AUT) ont repris le maillot arc-en-ciel et fêté leur cinquième triomphe depuis 2013. En effet, ils ont dominé leurs cousins Bernd et Gerhard Mlady 8-6 (5-1) dans cette revanche de la finale des Championnats du Monde Cyclisme en salle 2017. « Après notre deuxième place aux Championnats du Monde chez nous, à Dornbirn, un rêve devient réalité », confie le chef de délégation Andy Schnetzer, père de Patrick.

À l’inverse, la déception était palpable dans le camp des vaincus. « Notre objectif était de défendre notre titre », admet Bernd Mlady. « Pour le moment, nous sommes mécontents. Nous n’avons pas fait ce qu'il fallait en première mi-temps », analyse le joueur allemand, quelques minutes après la défaite. « Après la pause, nous avons repris nos esprits, mais nous avons passé notre temps à courir derrière nos adversaires. »

 

Les Autrichiens s’étaient déjà imposés 8-6 au premier tour dans cette affiche. Les Allemands avaient fait le choix de ne pas mettre en place de stratégie spécifique, comme nous l’explique Bernd Mlady : « Patrick et Markus sont nos plus grands rivaux. Nous n’avons plus besoin de préparation particulière pour les affronter. Quel que soit le contexte, le combat dure toujours jusqu’à la dernière seconde. Chaque confrontation est l’occasion d'un spectacle de haut niveau. »

 

 

Par ailleurs, les Mlady ont vécu une mésaventure inattendue juste avant le début des Championnats du Monde : toutes les roues et les pièces de rechange de leurs vélos ont été volées dans le bus de leur équipe. « C’était ça, notre préparation », lâche Gerhard Mlady. Au lieu de s’entraîner, les deux hommes ont dû déposer plainte au commissariat et trouver du matériel de rechange. Les Allemands ont pu se familiariser avec ce nouvel équipement durant le premier tour, au cours duquel ils ont tour à tour battu la France (3-2), la Belgique (6-3) et la République tchèque (4-4). « Nos sensations se sont améliorées au fil des rencontres », confirme Gerhard. Au bout du compte, la paire allemande a tout de même pu monter sur la deuxième marche du podium.

Comme en 2017, l’Autriche est restée invaincue. Après avoir terminé en tête au premier tour, le duo Schnetzer/Bröll n’a fait qu'une bouchée de l’hôte belge en demi-finale (8-2). Lors du tour intermédiaire, les locaux Brecht Damen et Niels Dirikx (Beringen/BEL) s’étaient déjà lourdement inclinés 12-0 face à l’Allemagne. Damen et Dirikx ont tout de même réussi à forcer les portes du dernier carré grâce à leur victoire 5-2 sur la République tchèque dans le match de repêchage. Toutefois, l’énergie leur a manqué pour arracher la troisième place dont ils rêvaient. Malgré tout, la Belgique signe la meilleure performance de son histoire dans ces Championnats du Monde.

 

La médaille de bronze est revenue au nouveau duo suisse, formé des anciens champions du monde Roman Schneider (2012) et Paul Looser (2002). Les deux hommes ont dominé la Belgique 5-2 dans le match décisif. En demi-finale, les Suisses ont également donné du fil à retordre aux Allemands (5-4).

 

Toujours aussi élégant malgré la défaite, Gerhard Mlady a été l’un des premiers à porter en triomphe son rival Patrick Schnetzer à l’issue de la rencontre. De son côté, Paul Looser a fait ses adieux au tournoi sur un geste plein de panache. Plutôt que de lancer la traditionnelle ola, le Suisse a décidé d’offrir au public un saut périlleux arrière en guise de conclusion.

 

 

Hommes Individuels

Loin du sport de compétition, ce fut probablement la scène la plus émouvante de ces Championnats du Monde Cyclisme en salle UCI 2018 à Liège (BEL). Lorsque le cycliste artistique Géry Covent a fait son apparition sur la piste pour son retour aux Mondiaux après 15 ans d’absence, il était accompagné de son cousin Dimitri Covent – co-organisateur des Championnats – et avait amené avec lui une petite photo. Ensemble, ils ont placé la photo au bord du terrain. Le regard vers le ciel qui a suivi était destiné à Rudy Covent, l’oncle de Géry et père de Dimitri.

Rudy Covent est décédé début octobre. Par ce geste, les Belges ont voulu rendre hommage au double médaillé de bronze en cycle-ball lors des Mondiaux de 1991 et 1995.

 

Malheureusement, la prestation de Géry ne s'est pas déroulée comme prévu. « Ce n’est pas le résultat que j’avais espéré. Mais j’ai quand même apprécié remonter sur le vélo. » Avec 86,59 points, il a terminé à la 18e place.

 

Le Champion du Monde individuel 2018 est le même que l’an dernier, Lukas Kohl (Kirchehrenbach/GER). S’il n’a pas réalisé un sans-faute lors du Final4, touchant brièvement le sol à une reprise, le triple Champion UCI s’est toutefois montré quasiment intraitable en récoltant pas moins de 200,36 points. Son programme libre a semblé sortir tout droit d’une autre planète. Le « hat trick » n’était pourtant pas une évidence pour l’Allemand. Kohl était conscient qu'avec Moritz Herbst (Wendlingen/GER), il avait un sérieux concurrent sur les talons. « J’ai été surpris par son retour en forme fulgurant », a confié Kohl.


Herbst avait en effet été gravement blessé à l’épaule durant la première moitié de la saison. Dans ce contexte, la qualification pour les Championnats du Monde représentait déjà à elle seule un énorme succès. D’où sa joie immense de décrocher la deuxième place du concours. S’il lui restait une petite chance d’aller chercher la médaille d’or, il l’a lui-même galvaudée. Deux chutes lors du saut de Maute et du saut pivoté et quelques petites erreurs vers la fin du programme lui ont coûté des points décisifs, le Vice-Champion du Monde 2017 terminant avec 184,74 points. L’argent lui était toutefois assuré. 

 

Wong Chin To (Hong Kong) a remporté quant à lui sa cinquième médaille de bronze en Championnats du Monde. Auteur de l’une de ses meilleures prestations lors de la phase des médailles, il est cependant resté en dessous de son propre record d’Asie avec 177,96 points. Les poings serrés, il était particulièrement satisfait de sa performance.


Mais le Suisse Lukas Burri, quatrième, a également été fêté. Impeccable de bout en bout de son programme final, il a obtenu 170,22 points. Ses coéquipiers l’attendaient ensuite au bord de la piste avec des bougies et toute la salle s’est mise à chanter en chœur – Burri fêtait en effet son anniversaire. La veille, il était devenu à la surprise générale Vice-Champion du Monde en Paires Open avec sa partenaire Fabienne Hammerschmidt.

 

Résultats Hommes Individuels - Final4

1. Lukas Kohl (GER) – 200,36

2. Moritz Herbst (GER) – 184,74

3. Chin To Wong (HKG) - 177,96

4. Lukas Burri (SUI) – 170,22

 

 

Paires Femmes

 

Dans la catégorie Paires Femmes, les nouvelles championnes du monde sont à nouveau des sœurs et à nouveau originaires du Land allemand de Rhénanie-Palatinat. Lena et Lisa Bringsken (Böhl-Iggelheim/GER) ne s'attendaient pourtant plus du tout à remporter le titre après leur représentation finale. Avec 135,23 points, elles semblaient condamnées à la deuxième place.

La médaille d’or a donc été une belle surprise. Lena Bringsken : « Nous avons accumulé beaucoup d’expérience ces trois dernières années et nous voulions faire deux excellents passages. Le titre était bien évidemment notre objectif. Mais nous n’avions pas prévu un tel scénario. » Sa sœur cadette, Lisa, abondait dans le même sens : « Nous ne nous y attendions plus après notre prestation en finale, j’arrive encore à peine à y croire. »

 

L’or semblait en effet promis aux lauréates de la Coupe du Monde UCI, Carolina Wurth/Sophie-Marie Nattmann (Gutach/GER). Le duo était encore en tête à l’entame de la dernière minute, avant de perdre l’équilibre lors de l’exécution du debout épaules sur une roue. Échouant également lors d’une deuxième tentative, elles n’obtenaient qu’un score final de 121,40 points. La déception est grande, comme l’a confié en larmes Sophie-Marie : « Nous ne sommes pas déçues par la deuxième place, mais par notre propre performance. » Il s’agissait de leurs premiers Championnats du Monde. Elles retenteront leur chance en 2019.


Médaillées de bronze, Rosa Kopf et Svenja Bachmann (AUT) étaient particulièrement heureuses. Avec un total de points de 116,21, elles ont maintenu à distance les Suissesses Nathalie Steinemann et Irina Christinger (SUI/110,18 points), qui ont également réalisé un sans-faute en finale.

 

 

Résultats Paires Femmes - Final4

1. Lena et Lisa Bringsken (GER) - 135,23

2. Carolina Wurth/Sophie-Marie Nattmann (GER) - 121,40

3. Rosa Kopf/Svenja Bachmann (AUT) - 116,21

4. Nathalie Steinemann/Irina Christinger (SUI) - 110,18