La Belgique a tout tenté, mais les Pays-Bas ont eu le dernier mot aux Mondiaux UCI de cyclo-cross

févr. 3, 2020, 10:07

Après une journée à sens unique samedi, avec le carton plein des Néerlandais sur les trois courses au programme (Shirin van Anrooij s’est imposée dans la course Femmes Juniors avec un doublé néerlandais, Ryan Kamp a gagné la course Hommes Moins de 23 ans, et la course Femmes Elite a été remportée par Ceylin del Carmen Alvarado, avec un triplé néerlandais), la deuxième et dernière journée de compétition des Championnats du Monde Cyclo-Cross UCI 2020 avait tout pour offrir des bagarres épiques.

 

Le temps orageux et venteux a eu un impact sur le circuit dessiné autour de l’aérodrome de Dübendorf. Afin d‘augmenter la sécurité, les publicités présentes sur les barrières de protection ont été enlevées. La nuit, très pluvieuse, a elle rendu le tracé boueux dès le départ de la course. Les montées et les virages sont devenus d'autant plus difficiles à aborder pour les athlètes.

 

Les participants ont privilégié les sections de pelouse présentes, principalement lors des montées, sur le bord du superbe tracé suisse.

 

Mais il y avait énormément de questions avant la course : les Pays-Bas pouvaient-ils continuer à dominer ? Est-ce que le reste du monde avait son mot à dire ? Est-ce que la Belgique pouvait retrouver de sa superbe ? La journée de dimanche a répondu à ces trois questions.

 

Hommes Juniors : triomphe total de la Belgique

La première course du jour, celle des Hommes Juniors, a vu les participants faire face à un parcours de quatre tours de 3,15 kilomètres. Un favori se dégageait : le Belge Thibaut Nys, n°1 mondial des Moins de 23 ans. Le fils du multiple Champion du Monde UCI Sven Nys faisait face à une pression qu’il n’avait jamais affrontée avant dans sa carrière. Et il n’a pas attendu avant de frapper en s’échappant dès le premier exerçant ainsi directement une grande pression sur le groupe de poursuite.

 

Nys, vainqueur de six des sept manches de la Coupe du Monde Cyclo-cross UCI Telenet 2019-2020, savait parfaitement qui allait le menacer : ses compatriotes de l’équipe de Belgique et le Suisse Dario Lillo, qui évoluait à domicile devant son public.

 

Alors que Nys accentuait son avance et s’imposait avec plus de 30 secondes d’avance, l’attention s’est portée vers la bagarre pour les deux dernières places sur le podium.
Lillo, vainqueur de la dernière épreuve de la Coupe du Monde UCI Telenet à Hoogerheide (Pays-Bas) a été un prétendant tout au long de la course. Pendant que Nys augmentait l’écart en tête de course, le Suisse a lutté avec Lennart Belmans et Emiel Versrtinge pour la médaille de bronze, jusqu’à ce qu’une chute lors du dernier tour l’empêche de se bagarrer pour le podium. Ce fait de course a permis à la Belgique de signer un triplé dans cette course Hommes Juniors.

 

 

Femmes Moins de 23 ans : une victoire et de l’émotion pour la France

La course Femmes Moins de 23 ans s’est ensuite disputée sur le tracé. A cette occasion, le « reste du monde » a démontré que le cyclo-cross était bien un sport international.

 

La victoire est revenue de manière logique à Marion Norbert-Riberolle, sacrée Championne du Monde UCI l’année de son explosion et trois semaines après son 21e anniversaire. La championne française s’est échappée dès le 2e tour et personne ne l’a revue. Sa domination a été telle qu’elle a pu changer son vélo à l’attaque du dernier tour. Elle s’est aussi permise un « wheeling » et le bonheur d’aller chercher un drapeau français, avant d’aller décrocher la victoire après une course de 12,7 kilomètres.

 

Kata Blanka Vas - la Championne de Hongrie Elite de 18 ans  a pris une superbe deuxième place après avoir remporté la bataille qui l’opposait à la Britannique Anna Kay, troisième à plus de 40 secondes. Déjà, troisième du classement général de la Coupe du Monde UCI Telenet, la Britannique a terminé à la même position.

 


Course Hommes Elite : un véritable triomphe pour Van der Poel

Pour résumer les principaux enjeux de la course Hommes Elite : c’était la superstar Mathieu Van der Poel face à l’équipe de Belgique. Toon Aerts, vainqueur du classement général de la Coupe du Monde UCI Telenet, Eli Iserbyt (ancien Champion du Monde UCI des Moins de 23 ans), Wout van Aert (triple Champion du Monde UCI ), Michael Vanthourenhout ainsi que Laurens Sweeck constituaient les principales menaces pour le Néerlandais.

 

Sous la pluie, le double Champion du Monde UCI, multiple Champion National des Pays-Bas et membre de l’équipe Alpecin-Fenix a pris les commandes dès le départ de la course, devançant un groupe de 15 coureurs composé principalement d’athlètes belges et néerlandais. Parmi ces maillots semblables, l’ancien Champion du Monde UCI des Moins de 23 ans, Tom Pidcock (Grande-Bretagne) s’est fait remarquer, dans la continuité de sa belle première saison en Elite.

 

Après deux tours sur les sept prévus au programme de la course, Van der Poel comptait déjà une avance de presque 50 secondes. Rien ne semblait pouvoir stopper le prodige. La course est d’ailleurs rapidement devenue une bagarre pour la deuxième place. Au 4e tour, c’est le Britannique qui a fait l’effort pour aller chercher la médaille d’argent.

 

La course s’est terminée de la manière suivante : Van der Poel a remporté la médaille d’or et son troisième maillot arc-en-ciel après 2015 et 2019. Pidcock a pris une impressionnante médaille d’argent (+1’20”). Aerts a lui pris le bronze (+1’45”). Il a été le premier de cordée de l’armada belge qui a placé sept hommes dans le top 10.

 

« Cela a été l’un des plus beaux jours de ma saison, a déclaré le vainqueur. Cela a été une course fair-play. Les meilleurs étaient devant dès le premier tour, et je pense qu’on a eu une grande édition des Championnats du Monde. J’ai fait la course parfaite ! »

 

Si la victoire de Van der Poel semblait presque acquise, la force de frappe de l’équipe de Belgique, qui dispose d’un impressionnant vivier de champions, sans oublier l’émergence de nouveaux talents chez ses Juniors, laissent penser que le duel entre les Pays-Bas et la Belgique va continuer, même si le sport continue son expansion dans le monde.