Les Championnats du Monde Cyclo-cross UCI débarquent à Dübendorf

janv. 24, 2020, 15:22

Un cadre exceptionnel pour un événement très particulier.

 

En 70 ans d’histoire des Championnats du Monde Cyclo-cross UCI – inaugurés à Paris en 1950 –, jamais l’événement n’avait eu lieu dans un lieu pareil. Cette année, les meilleurs athlètes de cyclo-cross du monde vont se disputer le maillot arc-en-ciel sur le terrain d’aviation de l’aérodrome suisse de Dübendorf. Les 1er et 2 février, le terrain d’aviation sera libre de tout avion pour laisser la place aux épreuves de sic catégories : Hommes et Femmes Elite, Hommes et Femmes Moins de 23 Ans, Hommes Juniors et, pour la première fois, Femmes Juniors).

 

Ce sera la huitième fois que les Championnats du Monde Cyclo-cross UCI sont organisés en Suisse, la première depuis 1995, et il fallait marquer le coup pour ce retour. "Nous ne sommes pas loin d'Eschenbach, où s'étaient disputés les Mondiaux en 1995, mais le comité d'organisation a choisi ce site pour amener le cyclo-cross au plus près du public suisse", explique Christelle Reille, coordinatrice cyclo-cross pour l'UCI. "C'est près du centre-ville de Zurich, facile d'accès, et on peut accueillir beaucoup de public."

 

Un circuit rapide

Les Mondiaux 2019 organisés à Bogense (Danemark) ont déjà été un succès populaire en attirant quelque 15 000 spectateurs sur les deux jours de compétition. Cette fois, on attend des foules deux fois plus importantes après l'enthousiasme suscité par l'étape de Coupe du Monde UCI Telenet à Berne (Suisse) ces deux dernières années. Le site permet d'accueillir de nombreux fans et ses particularités permettent d'observer l'essentiel du parcours depuis à peu près n'importe quel point du circuit.

 

"Le parcours est essentiellement plat, avec deux types d'obstacles : artificiels, comme des planches et des passerelles, et naturels, en utilisant deux petites collines", explique Christelle Reille. "L'an dernier, on avait un circuit très plat avec une difficulté principale, et c'est un peu la même chose cette année." Les organisateurs ajoutent que "le circuit rapide promet des courses enthousiasmantes avec de nombreux changements de leader."

 

Les coureurs évolueront sur des sections terreuses et herbeuses qui représenteront un défi considérable pour les coureurs si les conditions sont humides. Des nuages noirs menacent le ciel suisse en vue du premier week-end de février, prêts à tremper les coureurs pendant que les spectateurs se réchauffent entre eux. Plus la course sera animée, plus l'atmosphère sera bouillante !

 

Un contre-la-montre pour l'organisation

L'excitation monte également parmi les coureurs, qui affrontent les derniers rendez-vous de la Coupe du Monde Cyclo-cross UCI Telenet 2019-2020 et se préparent à poursuivre la gloire arc-en-ciel aux Mondiaux. Il reste une part d'incertitude pour eux, qui attendent encore de découvrir le parcours. L'aéroport dans lequel ils évolueront tourne à plein régime alors que les dirigeants politiques et économiques mondiaux se réunissent à Davos (21-24 janvier).

 

"Tout le monde est dans l'expectative puisqu'il n'y a jamais eu d'événement sur ce parcours", observe Christelle Reille. "Des plans ont été publiés, et quand vous savez qu'un aéroport est plat et qu'il y a une difficulté principale, vous pouvez vous faire une idée." Certains ont même eu droit à un premier aperçu, comme le jeune talent suisse Loris Rouiller (Alpecin-Fenix) :

 

Les travaux principaux débuteront le lundi avant les Mondiaux, avec l'aide des forces de la Protection civile suisse. Quelque 65 personnes sont mobilisées pour préparer le parcours, contre une dizaine habituellement. Une inspection officielle est prévue le jeudi. Elle sera suivie des premières sessions d'entraînement officielles. Mais "les choses doivent être prêtes le mercredi pour qu'on puisse avoir un premier regard et s'assurer que tout va bien sur le plan de la sécurité", précise Christelle Reille.

 

Les coureurs et leur encadrement auront deux jours pour apprivoiser ce nouveau circuit. Il sera ensuite temps pour les spectateurs de prendre leurs aises sur ce site exceptionnel. "L'an dernier, ils ont pu s'amuser de voir Wout van Aert s'échauffer entre deux bateaux sur le port de Bogense", se souvient Christelle Reille. "Cette fois ce sera au milieu des avions !"