Antidopage : le transfert à l’ITA entre dans sa phase finale

nov. 23, 2020, 16:01

Le 11 novembre 2020, l’Union Cycliste Internationale (UCI) a réuni par visioconférence les représentants des familles du cyclisme sur route professionnel – équipes (AIGCP), organisateurs (AIOCC) et coureurs (CPA) – pour les informer de l’état d’avancement du transfert des activités opérationnelles de la lutte antidopage dans le cyclisme à l’Agence de Contrôles Internationale (ITA), organisation basée à Lausanne (Suisse).

Lors de cette réunion avec les représentants des familles du cyclisme – la sixième depuis que l’UCI a annoncé qu’elle étudiait l’opportunité d’une collaboration future avec l’ITA le 17 octobre 2019 – ces derniers ont assisté à une présentation commune du Directeur Général de l’ITA Benjamin Cohen et du Directeur de la Fondation Antidopage du Cyclisme (CADF) Olivier Banuls attestant du bon déroulement de la transition, qui deviendra effective au 1er janvier 2021.

Les participants ont notamment été informés que la très grande majorité du personnel de la CADF (11 collaborateurs sur 13) ont accepté de rejoindre l’ITA, ce qui garantira le maintien de l’expertise acquise par la CADF au sein de l’ITA. De même, les familles du cyclisme ont pu constater que grâce à l’excellente collaboration entre les deux entités, la pandémie actuelle n’a pas freiné le calendrier du transfert du mandat. Il a ainsi été confirmé que la cellule dédiée au cyclisme au sein de l’ITA sera pleinement opérationnelle dès le 1er janvier 2021, ce qui assurera la continuité du programme antidopage de l’UCI.

En outre, les représentants de l’UCI, de l’AIGCP, de l’AIOCC et du CPA – organisations membres du Comité de financement, dont le rôle sera maintenu avec le passage à l’ITA – ont décidé de conserver le montant de leurs contributions respectives au programme antidopage du cyclisme pour 2021 au niveau qui était le leur initialement avant la crise en 2020.

A l’issue de cette rencontre, l’ensemble des familles du cyclisme s’est déclaré satisfait de l’avancement du transfert des activités antidopage et convaincu que la lutte en faveur d’un sport propre dans le cyclisme profitera rapidement des avantages du passage à l’ITA.