Le cyclisme sur route professionnel féminin entrera dans une nouvelle dimension en 2020

janv. 10, 2019, 09:10

La nouvelle organisation du cyclisme sur route professionnel féminin entrera en vigueur dès la saison 2020. Découvrez ci-dessous les principales nouveautés.

Calendrier : quatre divisions d’épreuves

Le Calendrier International Route UCI féminin sera composé des quatre divisions suivantes : UCI Women’s WorldTour, UCI ProSeries, Classe 1 et Classe 2. 

L’UCI Women’s WorldTour comptera un maximum de 23 épreuves. L’UCI ProSeries sera constituée quant à elle de 20 à 30 courses. La Classe 1 totalisera quelque 25 événements et la Classe 2 une trentaine de compétitions. 

Les organisateurs des épreuves de l’UCI Women’s WorldTour et de l’UCI ProSeries seront tenus de respecter des standards d’organisation renforcés, notamment concernant la production TV des événements. En outre, l’historique – en termes de niveau de participation et du nombre d’années d’existence – des courses souhaitant rejoindre l’UCI Women’s WorldTour ou l’UCI ProSeries sera lui aussi pris en compte. 

Deux types d’équipes

Dès 2020, on retrouvera deux divisions d’équipes : les UCI Women’s WorldTeams et les Equipes Continentales Femmes UCI. 

Les UCI Women’s WorldTeams seront composées de 9 à 16 coureuses (2020 et 2021), puis de 10 à 20 à partir de 2022. Quinze équipes au maximum possèderont une licence UCI Women’s WorldTour, accordée sur la base des critères sportif, éthique, financier et administratif, auxquels s’ajoutera le critère organisationnel dès 2021. Les licences accordées entre 2020 et 2023 auront une durée de validité dégressive (quatre ans pour celles qui seront attribuées en 2020, puis trois ans en 2021 et deux en 2022). 

A partir de 2024, le Classement UCI des UCI Women’s WorldTeams déterminera la durée des licences : quatre ans pour les cinq équipes les mieux classées, trois ans pour les équipes classées du 6e au 10e rang, et deux ans pour les équipes classées de la 11e à la 15e position. L’UCI Women’s WorldTeam la moins bien classée pourra être reléguée en deuxième division si l’une des Equipes Continentales Femmes UCI souhaitant accéder au statut d’UCI Women’s WorldTeam est jugée meilleure au terme d’une évaluation sur la base des critères éthique, financier, administratif et organisationnel. En cas d’égalité, le critère sportif sera déterminant. 

Les UCI Women’s WorldTeams pourront contribuer au développement du cyclisme féminin en engageant chacune deux stagiaires (de la catégorie Juniors deuxième année à la catégorie Elite), chaque année du 1er août au 31 décembre. 

Les UCI Women’s WorldTeams recevront leur licence de la Commission des Licences et devront suivre une procédure d’enregistrement annuelle par l’UCI. 

Les Equipes Continentales Femmes UCI seront composées quant à elles de 8 à 16 coureuses et seront enregistrées par leur Fédération Nationale respective. 

Quels types d’équipes retrouvera-t-on dans les différentes épreuves ?

Les épreuves de l’UCI Women’s WorldTour seront destinées principalement aux UCI Women’s WorldTeams ainsi qu’aux Equipes Continentales Femmes UCI, pour un minimum total de 15 équipes participantes et un maximum de 24.

UCI Women’s WorldTour :

Les épreuves de l’UCI ProSeries seront ouvertes aux UCI Women’s WorldTeams (quatre au minimum, 10 au maximum), aux Equipes Continentales Femmes UCI, aux Equipes Nationales et à deux équipes régionales et/ou de clubs du pays invitées au maximum, pour un total minimum d’équipes au départ de 15 et au maximum de 24 là aussi. 

UCI ProSeries :

Les épreuves de catégorie Classe 1 devront avoir 15 équipes au départ au minimum (UCI Women’s WorldTeams – d’une à cinq –, Equipes Continentales Femmes UCI, Equipes Nationales et équipes régionales et/ou de clubs. 
Enfin la Classe 2 devra compter au minimum 10 équipes de quatre coureuses (de toutes les catégories d’équipes précitées à l’exception des UCI Women’s WorldTeams, mais auxquelles s’ajouteront les équipes mixtes, c'est à dire constituées de coureuses indépendantes réunies temporairement à l’occasion d’une course). 

Classements : statu quo

Aucun changement à signaler du côté des classements : les Classements Mondiaux UCI individuel, par équipes et par nations, calculés sur la base de l’ensemble des épreuves du Calendrier International Route UCI féminin, continueront à cohabiter avec les Classements UCI Women’s WorldTour individuel, par équipes et de Meilleure Jeune.

 Introduction d’un salaire minimum et d’autres prestations

Dès 2020, les UCI Women’s WorldTeams seront tenues de verser un salaire minimum à leurs coureuses (prize money non inclus). 

Ce salaire sera de 15'000 euros en 2020, 20'000 euros en 2021, 27'500 euros en 2022, puis identique à celui des actuelles Equipes Continentales Professionnelles UCI masculines à partir de 2023. 

Le statut de néo-professionnelle sera introduit à partir de 2023 pour les UCI Women’s WorldTeams.

Les coureuses bénéficieront en outre des prestations suivantes :

- une limite de 75 jours de courses par an (courses individuelles et sélections nationales non incluses),
- 30 jours de vacances (courses individuelles et sélections nationales non incluses),
- une assurance maladie,
- une assurance maternité,
- un plan d’épargne-retraite (à partir de 2022),
- autres assurances (hospitalisation-rapatriement, accident, vie, invalidité, etc.) 

De 2019 à 2022, l’UCI contribuera à une augmentation de 10 % par saison des prize money des coureuses occupant les 20 premières places du Classement individuel pour toutes les courses du Calendrier International Route UCI féminin.  Pour les courses par étapes, les coureuses classées de la 16e à la 20e place toucheront désormais elles aussi un prize money. A partir de la saison 2022, les coureuses toucheront 50 % du montant total des prize money remis à l’issue des étapes (au lieu de 20 % auparavant) pour le classement général afin d’être alignées avec le système en cours chez les hommes. 

Les UCI Women’s WorldTeams et les Equipes Continentales Femmes UCI toucheront une indemnité de participation aux épreuves UCI Women’s WorldTour et UCI ProSeries.