Les spécialistes du mountain bike Eliminator dans les starting-blocks avant le début de la Coupe du Monde UCI 2020

sept. 18, 2020, 08:49

Ce dimanche 20 septembre, la Coupe du Monde Mountain Bike Eliminator UCI 2020 powered by citymountainbike.com reprend ses droits avec la première manche de la série à Waregem (Belgique).

 

Une saison intense attend les coureurs, l’ensemble du calendrier ayant été chamboulé en raison de la pandémie de coronavirus. La deuxième manche, à Villard-de-Lans (France), se déroulera cinq jours seulement après la première. Elle sera suivie par la manche de Valkenswaard (Pays-Bas) le 11 octobre, puis par celle de Winterberg (Allemagne) le 18 octobre, une semaine avant les Championnats du Monde Mountain Bike Eliminator UCI de Louvain (Belgique). La Coupe du Monde UCI se poursuivra à Barcelone (Espagne) le 14 novembre. La date de la dernière manche, à Dubaï (Emirats Arabes Unis), reste quant à elle à confirmer.

 

Pour de nombreux athlètes, la manche d’ouverture de ce week-end sera l’occasion de porter un dossard pour la première fois de l’année. Waregem a accueilli sa première manche de Coupe du Monde UCI en 2017 avant d’être le théâtre, l’année dernière, des Championnats du Monde UCI d’une spécialité qui oppose quatre coureurs et combine dynamisme et vitesse.

 

« J’ai hâte de reprendre la saison de XCE et retrouver cet engouement propre à la discipline », a confié Hugo Briatta (FRA), vainqueur de trois manches et du général de la Coupe du Monde UCI 2019.

 

Le Français a profité du confinement pour couper entièrement pendant 10 jours ; il a ensuite repris l’entraînement avec de la course à pied, des exercices fractionnés courts et ciblés, puis, quand il a pu s’éloigner de son domicile, des sorties à vélo de plus en plus longues.

 

Vainqueur sans conteste de la Coupe du Monde UCI l’année dernière, il reconnaît néanmoins que rien n’est joué pour la saison à venir : « Cette saison est très différente, et certains coureurs pourraient très bien venir bousculer la hiérarchie. Evidemment, quand je prendrai le départ de la première manche cette année, je n’aurai pas le même statut que l’année dernière, quand j’étais encore un outsider. Mais pour moi, et je pense que c’est encore plus le cas cette année, les compteurs sont remis à zéro d’une saison à l’autre. Il ne faut sous-estimer personne. »

 

S’il existe un coureur qui pourrait venir contrecarrer ses plans, c’est bien Titouan Perrin-Ganier, son coéquipier du Velcan MTB Pro Team.

 

Début août, le triple Champion du Monde UCI (2017, 2018, 2019) s'est adjugé le titre de Champion de France 2020. Pour lui, cette période sans compétition a été l’occasion de se concentrer sur ses points faibles, augmenter sa charge d’entraînement et passer du temps avec sa famille, qui s’est agrandie l’automne dernier avec l’arrivée de sa fille, Laïla.

 

 

 

 

Contrairement à son coéquipier, Perrin-Ganier ne disputera pas la manche d’ouverture de la Coupe du Monde UCI, où il avait pourtant remporté son dernier maillot arc-en-ciel (de six centièmes de seconde devant Briatta). En effet, il a souhaité se ménager en vue des Championnats d’Europe (au Monte Tamaro, en Suisse, du 15 au 18 octobre) et des Championnats du Monde UCI.

 

« Je préfère choisir mes compétitions pour me sentir bien physiquement sur les manches qui comptent le plus », explique le Champion du Monde UCI, qui sera présent à Villard-de-Lans, Barcelone et Dubaï.

 

Perrin-Ganier n’a pas remporté de manche de Coupe du Monde UCI en 2019 – lui qui n’a pas été épargné par les problèmes mécaniques, les maladies et les faits de course –, mais, selon lui, sa motivation n'en sera que plus forte cette année.

 

« Il faut toujours se remettre en question pour progresser ; j’ai identifié mes points faibles et je les ai travaillés à l’entraînement. J’ai instauré de nombreux changements dans ma préparation l’année dernière, et je sens que ce travail a porté ses fruits cette saison. »

 

Il a également appris de ses erreurs : « La saison dernière, j’étais trop détendu et confiant avant les deux dernières manches de Coupe du Monde – qui sont arrivées après les Championnats du Monde UCI, mon objectif principal de la saison. J’ai été battu. J’étais déçu, mais j’en ai tiré une vraie leçon : il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers et toujours se remettre en question pour chercher à s’améliorer. »

 

Les deux Français auront fort à faire, notamment face à l’Allemand Simon Gegenheimer, vainqueur de la Coupe du Monde UCI 2017, et au Néerlandais Jeroen van Eck, vainqueur au général en 2018. Ne manquez pas le Suédois de 23 ans Joel Burman - double Champion National et troisième des Championnats du Monde 2019 - et son compatriote de 21 ans, Anton Olstam, 2018 Champion suédois qui a très bien fini la Coupe du Monde XCE 2019.

 

Gaia Tormena : Championne du Monde UCI en titre et vainqueure de la Coupe du Monde UCI 2019

 

A 17 ans seulement, la jeune star italienne Gaia Tormena a décroché tous les principaux titres féminins en 2019 : Championne d’Italie, Championne d’Europe, Championne du Monde UCI et lauréate de la Coupe du Monde UCI devant la Championne de Suède Ella Holmegård, actuellement blessée. 

 

Cette année, l'Italienne doit encore trouver un équilibre entre école et entraînement. Elle n’a pas encore décidé si elle participerait à l’ensemble des manches de la Coupe du Monde UCI. Mais une chose est sûre : elle est impatiente.

 

« Je suis très heureuse de reprendre la compétition. Le XCE me manque beaucoup : les pistes rapides, les encouragements des spectateurs, les bons moments. Je gèrerai mon calendrier semaine après semaine, parce que la récupération est importante pour être prête pour la course suivante. »

 

 

 

 

Pendant le confinement, Tormena s’est surtout entraînée en intérieur sur des rouleaux, avant de rejoindre l’équipe italienne de cyclisme sur piste au vélodrome de Montichiari. En juillet, elle s’est davantage concentrée sur le cross-country olympique (XCO), dans la catégorie Juniors. Mais pour l’instant, elle ne connaît pas le niveau de ses adversaires en XCE.

 

« Je ne sais vraiment pas quel est l’état de forme de mes adversaires, mais tout le monde a fait de son mieux pour s’entraîner. Waregem sera un très bon test. 

 

« Je n’ai pas l’impression d’avoir tant de pression cette année. Ce sera une saison différente de la précédente. La seule chose importante est de prendre du plaisir à chaque course. »

 

Parmi les autres femmes à surveiller, citons la Championne du Monde UCI Coline Clauzure (FRA), l’ancienne lauréate de la Coupe du Monde UCI Lizzy Witlox (NED) et la gagnante de la première manche de 2019, Marion Fromberger (GER). 

 

Photo: © Nacho Grez Photography