Mountain bike : les plus grands porteurs du maillot arc-en-ciel

juil. 20, 2020, 14:27

 

Le maillot arc-en-ciel de Champion du Monde UCI est le plus beau prix dont les meilleurs spécialistes de mountain bike peuvent rêver. Une fois décroché, il les accompagne à chaque instant, et, même à l'issue de leur règne, ils ont gagné le droit de conserver un liseré arc-en-ciel sur la manche ou le col de leur tunique. Nous avons déjà exploré les origines du maillot et son design représentant les cinq continents.

 

Dans le mountain bike, l'arc-en-ciel est apparu plus récemment que dans le cyclisme sur route : c’était il y a 30 ans, avec les premiers Championnats du Monde UCI de cross-country olympique (XCO) et de descente (DHI), à Durango, aux Etats-Unis, en 1990. Revivez quelques-uns des plus grands moments de ces trois décennies ici.

 

Les premiers Championnats du Monde UCI ont consacré trois coureurs américains à domicile : Ned Overend et Juliana Furtado en XCO, et Greg Herbold en DHI. Seule la Canadienne Cindy Devine a empêché un grand chelem américain en dominant la descente dans la catégorie Femmes Elite. Aucun d'entre eux n'a réussi à conserver ou reconquérir ce titre mondial, mais ils restent dans l'histoire comme les pionniers qui ont précédé de nombreux autres champions d'exception.

 

Furtado a cédé sa couronne à sa compatriote Ruthie Matthes en 1991, à Il Ciocco (Italie). Dans le même temps, un autre Américain succédait à Overend : John Tomac. Monstre de polyvalence, Tomac a également pris la médaille d'argent en descente lors de ces mêmes Mondiaux. Les Etats-Unis n'ont plus jamais remporté les Mondiaux UCI de XCO depuis lors, mais Dave Cullinan (1992), Mike King (1993) et Myles Rockwell (2000) ont décroché l'arc-en-ciel en DHI. Malgré tous ses exploits en Coupe du Monde UCI, Aaron Gwin attend de son côté toujours de rejoindre ses compatriotes Champions du Monde UCI.

 

Furtado a fait encore mieux en termes de polyvalence en s'offrant l'arc-en-ciel de la DHI lors des Mondiaux UCI canadiens de 1992. Missy Giove (en 1994, à domicile, à Vail, dans le Colorado) et Leigh Donovan (1995, à Kirchzarten, en Allemagne) lui ont succédé au palmarès. En XCO, Alison Dunlap (en 2001, encore à Vail) et Kate Courtney (en 2018, à Lenzerheide, en Suisse) sont les autres Championnes du Monde UCI américaines.

 

Dominations précoces

 

La domination américaine sur le XCO a été interrompue au début des années 1990 par le triplé de Henrik Djernis (Champion du Danemark 10 années de suite), premier coureur à conserver son titre. La Canadienne Alison Sydor a rapidement décroché son propre triplé, avant que la Norvégienne Gunn-Rita Dahle Flesja ne fasse encore mieux : un premier titre en 2002 (à Kaprun, en Autriche) avant de s'en offrir trois de plus entre 2004 et 2006.

 

« Devenir Championne du Monde pour la première fois, à Kaprun en 2002, était bien sûr quelque chose de très particulier », a-t-elle déclaré à Limitless Pursuits.

 

Personne n'a pu reproduire une telle domination dans les Championnats du Monde UCI de XCO, extrêmement disputés et dont une seule vainqueure s'est imposée à deux reprises ces sept dernières années : Pauline Ferrand-Prévot, sacrée en 2014 puis en 2019. La Française au palmarès exceptionnel a remporté l'arc-en-ciel dans trois disciplines au niveau Junior en 2009/10, et a dominé les Mondiaux UCI de cyclo-cross, sur route et en mountain bike XCO chez les Elites en 2014/15. L'année dernière, elle a une nouvelle fois créé la surprise en ajoutant un autre maillot arc-en-ciel à sa collection, avec un titre de Championne du Monde UCI cross-country Marathon (XCM) en plus de celui décroché en XCO.

 

 

 

 

Chez les hommes, deux champions ont repoussé les limites du record du nombre de victoires aux Championnats du Monde UCI de XCO. D'abord le Français Julien Absalon, vainqueur de quatre titres consécutifs à partir de sa première victoire en 2004, aux Gets, dans son pays, avant de s'offrir un cinquième titre en 2014 à Lillehammer (Norvège). Seul le Suisse Nino Schurter a pu faire mieux. « Il m'a apporté beaucoup de motivation, a confié le Français à propos de son grand rival. Il m'a poussé à travailler plus dur et à essayer de le battre. J'étais tellement heureux lorsque je réussissais à le battre, et je pense que c'était pareil pour lui. »

 

Schurter a poussé à un autre niveau la mainmise sur les bandes arc-en-ciel. Le coureur suisse a remporté huit titres de XCO, dont les cinq derniers, et a signé une saison parfaite en 2017 : victoires aux Mondiaux et lors de chaque manche de la Coupe du Monde UCI.

 

 

 

Les inspirations françaises

 

Dans les épreuves de descente masculines, le Français Nicolas Vouilloz s'est offert sept titres, dont cinq à la suite à partir de sa victoire à Kirchzarten (Allemagne) en 1995. Avec son compatriote Fabien Barel (double Champion du Monde UCI, vainqueur notamment aux Gets en 2004), Vouilloz a inspiré tout une génération de coureurs parmi lesquels le porteur actuel du maillot arc-en-ciel (et quadruple Champion du Monde UCI), son compatriote Loïc Bruni.

 

 

 

 

 

Mais Schurter a encore du pain sur la planche pour égaler le palmarès le plus riche de l’histoire, celui de la légendaire Anne-Caroline Chausson. Même Vouilloz possède une longueur de retard sur sa compatriote.

 

De 1996 (Cairns, en Australie) à 2005 (Livigno, en Italie), elle a battu avec une régularité époustouflante toutes les meilleures coureuses du monde. La seule l'édition qui lui a échappé en une décennie est celle des Gets, en 2004. En plus de ses titres en DHI, Chausson a également remporté les Mondiaux UCI de mountain bike four-cross (4X) à deux reprises, et elle s'est imposée dans le format qui l’a précédé, le dual, tout en remportant l'or olympique en BMX Racing !

 

« En compétition, si deux personnes suivent le même programme d'entraînement, celle avec le meilleur mental s'imposera », a-t-elle expliqué à Bikemag.com en 2016.

 

Comme pour Vouilloz, l'héritage de Chausson peut s'observer à travers celles et ceux qu'elle a inspirés. Ses compatriotes Sabrina Jonnier (2006 et 2007), Emmeline Ragot (2009 et 2011), Morgane Charre (2012) et désormais Myriam Nicole (2019) lui ont succédé au palmarès des Championnats du Monde UCI de DHI.

 

 

 

 

Et maintenant ?

 

Nicole, Bruni, Schurter et Ferrand-Prévot sont aujourd'hui les fiers détenteurs des maillots arc-en-ciel décrochés l'an dernier. De nouveaux titres seront décernés cette année en DHI, XCO (individuel et relais par équipes) et E-mountain bike lors d'une grande semaine de compétition à Saalfelden Leogang, en Autriche, au mois d'octobre. Quelles nouvelles histoires ces Mondiaux 2020 feront-ils naître ?