La Grande-Bretagne décroche la première médaille d’or sur piste

août 12, 2016, 11:16

La Grande-Bretagne a rappelé dès la première soirée de la compétition olympique de cyclisme sur piste qu’elle était toujours l’une des grandes nations de la discipline. Elle a décroché la première médaille d’or mise en jeu sur le vélodrome de Rio, en vitesse par équipes Hommes, et s’est qualifiée avec les meilleurs temps en poursuite par équipes, chez les Hommes comme chez les Femmes. L’équipe féminine britannique de poursuite a par ailleurs établi un nouveau record du monde, tandis que son homologue masculine a échoué à en faire autant pour seulement trois centièmes de seconde.

Les qualifications de la vitesse par équipes ont ouvert le bal et les trois Britanniques Jason Kenny, Philip Hindes et Callum Skinner ont annoncé d’entrée la couleur en établissant un nouveau record olympique, en 42"562, soit un petit dixième de mieux que les Néo-Zélandais Edward Dawkins, Ethan Mitchell et Sam Webster.

Ces derniers se sont cependant montré les plus rapides, au tour suivant, pour s’offrir une finale alléchante face aux Britanniques et pousser leurs voisins Australiens à lutter pour la médaille de bronze face à la France. La Nouvelle-Zélande a pris les commandes de la finale dans le premier tour, mais la Grande-Bretagne est passée en tête dans le deuxième, avant d’aller chercher l’or, en 42"440, troisième record olympique de la soirée et 0"112 de mieux que les Néo-Zélandais. Les Français se sont emparés du bronze, de leur côté, en dominant l’Australie au terme d’un affrontement tout aussi serré.

« C’est une belle première soirée pour nous au vélodrome », a confié Kenny, qui a remporté son troisième titre olympique consécutif en vitesse par équipes. « C’est vraiment une surprise à mes yeux. Nous avions de bonnes sensations à l’entraînement, nous avions donc une idée de ce que nous étions capables de faire. Nous avons fait encore mieux lors du premier tour et j’ai pensé à ce moment-là que nous pouvions rééditer notre performance de Londres, mais la Nouvelle-Zélande a placé la barre très haut au deuxième tour. Nous n’avions rien à perdre en finale. Nous avons donc tout donné et, par bonheur, cela a suffi. S’imposer en vitesse par équipes est ce qu’il y a mieux, car c’est une victoire que l’on partage avec ses amis. »

En poursuite Femmes, l’Australie est la première équipe à être descendue sous les 4'20", mais la Grande-Bretagne (Katie Archibald, Laura Trott, Elinor Barker, Joana Rowsell-Shand) a terminé dans la foulée 5"799 plus vite, établissant au passage un nouveau record du monde, en 4'13"260. Championnes du monde en titre, les Américaines, dernières à s’élancer, étaient pointées devant les Britanniques jusqu’au dernier kilomètre, avant d’en finir à la deuxième place, à plus d’une seconde.

La poursuite Hommes a vu de son côté le Danemark établir un chrono sur lequel toutes les équipes ont buté tour à tour avant l’entrée en piste des Britanniques, en dernière position. Edward Clancy, Steven Burke, Owain Doull et Sir Bradley Wiggins étaient dès le départ dans les temps de passage de leur record du monde établi à Londres, il y a quatre ans, qu’ils ont finalement manqué pour 0"284. Deuxième, le Danemark a été relégué à 3"453, soit deux dixièmes de mieux que l’Australie, troisième.

Résultats