Hinze fait vibrer le public berlinois, et Ganna s'offre un nouveau titre

févr. 29, 2020, 07:33

La troisième journée des Championnats du Monde Piste UCI 2020 présentés par Tissot disputés dans le vélodrome de Berlin (Allemagne) a vu le Japon, l'Italie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande et la nation hôte, l'Allemagne, remporter des titres. L'Italien Filippo Ganna s'est notamment offert un quatrième maillot arc-en-ciel et un nouveau record du monde.

 

Hinze s'offre le doublé dans la vitesse

Emma Hinze a maîtrisé l'art du sprint pour renverser la Championne du Monde UCI en titre Wai Sei Lee (qui a remporté quatre manches de la Coupe du Monde UCI 2019-2020 et qui s'avançait en favorite de ces Mondiaux). L'Allemande s'est imposée nettement : 2-0. Cette victoire surprise a permis à Hinze, déjà sacrée Championne du Monde UCI avec l'équipe d'Allemagne de vitesse lors de la première journée, de se qualifier en finale pour l'or.

 

La Canadienne Kelsey Mitchell a tenu tête à la Russe Anastasia Voinova pour que la deuxième demi-finale se dispute en trois manches. Mais Voinova a finalement remporté ce duel pour défier Hinze dans la lutte pour l'or. Dans la petite finale pour le bronze, Wai Sei Lee s'est confortablement imposée en deux manches face à Mitchell.

 

Hinze a résisté mentalement et physiquement pour remporter la première manche de la finale pour l'or contre Voinova. Avec le soutien de la foule, la cycliste de 22 ans a récidivé dans la deuxième manche, en tenant la corde pour franchir la ligne d'arrivée avec une victoire 2-0 et un deuxième titre mondial à domicile.

 

 

Mr Strong porte bien son nom

Dans la course aux points Hommes, l'Espagnol Sebastien Mora Vendri, au lendemain de ses efforts récompensés par la médaille de bronze dans le Scratch, s'est encore montré offensif, s'attirant au passage les faveurs du public berlinois. A cinq tours de l'arrivée, il a initié une attaque de trois coureurs qui sont parvenus à reprendre le reste du peloton à deux tours du but.

 

Le Néo-Zélandais de 19 ans Corbin Strong, en tête depuis la mi-course après avoir lui-même pris un tour, a fait preuve de solidité tout au long de la course. Présent dans les sprints, il a suivi Mora dans cette dernière offensive pour être le seul coureur avec deux tours d'avance sur le reste du peloton. Ce bénéfice de 40 points l'a mis hors de portée et lui a offert l'or.

 

Mora Vendri a pris la médaille d'argent (comme l'an dernier) avec une légère avance sur le Néerlandais Roy Eefting.

 

Mais la soirée appartenait au jeune Strong :

“C'était une sensation incroyable. Quelque chose dont je rêvais depuis que j'ai commencé ce sport, a-t-il exulté au moment de récupérer son maillot arc-en-ciel. Je suis tellement content, je suis impatient d'appeler mes parents... Tout le monde va être tellement heureux pour moi."

 


 

Ganna se couvre d'or, encore

Le Français Corentin Ermenault et l'Italien Jonathan Milan se sont affrontés pour le bronze dans la poursuite individuelle Hommes. Le Français s'est nettement imposé.

 

Dans la finale pour l'or, l'Américain Ashton Lambie est parti fort pour bousculer le triple Champion du Monde UCI de la poursuite individuelle Filippo Ganna (2016, 2018 et 2019). Lambie avait l'avantage après 1 km, mais l'Italien, favori au départ, a parfaitement maîtrisé son allure pour faire la différence irrémédiablement et s'imposer avec 4 secondes d'avance.

 

Après avoir établi un record du monde de 4'01"934 plus tôt dans la journée, en qualification, Ganna a pu savourer ce triomphe et franchir la ligne en se relevant et en affichant un grand sourire. A 23 ans, il s'offre une quatrième médaille d'or dans la poursuite individuelle et une deuxième médaille à Berlin après avoir mené le quatuor italien vers le bronze la veille dans la poursuite par équipes.

 

“C'est une très belle journée, s'est réjoui Ganna. J'ai fini ma course à Berlin avec une médaille d'or fantastique et ce temps fantastique... Ces Mondiaux sont fantastiques !"

 

 

Kajihara donne rendez-vous à Tokyo

Les quatre épreuves de l'Omnium Femmes ont donné lieu à un spectacle intense. La Japonaise de 22 ans Yumi Kajihara a remporté la première course, le Scratch. La Néerlandaise Kirsten Wild a franchi la ligne en deuxième position, avant d'être déclassée pour avoir provoqué une chute impliquant cinq coureuses, dont la Britannique Laura Kenny, ancienne Championne du Monde UCI de la spécialité.

 

La Japonaise a fait la différence en prenant la deuxième place dans la course tempo, troisième événement de la journée. Dans la course à l'élimination, Valente, Kenny et la Chinoise Wang ont été rapidement piégées, avant qu'une chute ne mette à terre l'Australienne Georgia Baker et Kajihara. Les deux ont pu reprendre la course. Wild a finalement remporté cette épreuve devant l'Italienne Letizia Paternoster et Kajihara, qui récupérait 36 points et conservait la tête de l'Omnium avec 78 points.

 

Dans la dernière épreuve, la course aux points, Kajihara a parfaitement défendu son avance face aux assauts de Paternoster et Wild. La Japonaise a affiché toute sa maîtrise et une grande classe pour prendre l'arc-en-ciel, avant de disputer les Jeux Olympiques à domicile. Paternoster a fait un gros effort sur la course aux points pour s'assurer la médaille d'argent à 20 ans. Deuxième de cette dernière course, la Polonaise Daria Pikulik remporte le bronze de l'Omnium.

 

Ligtlee rayonne sur le kilomètre

S'il ne fait plus partie du programme olympique, le kilomètre reste un grand rendez-vous des amoureux de la piste. L'épreuve masculine a fait vibrer le public de Berlin avec une course aux médailles ouverte jusqu'à la fin. Médaillé d'argent en 2019, le Néerlandais Theo Bos (36 ans) a établi une belle référence en 1'00"330. Le Canadien Vincent de Haitre a fait mieux, avant que le Français Michael D’Almeida ne prenne la tête en 1'00"103.

 

Un autre Néerlandais, Sam Ligtlee (auteur du deuxième meilleur temps des qualifications), est finalement passé sous la minute : 59"495. Le coureur de 22 ans est le seul à avoir fait mieux en finale que lors des qualifications.

 

Dernier à s'élancer, coureur le plus rapide des qualifications, le Français Quentin Lafargue n'est pas passé loin de la médaille d'or mais a dû se contenter du deuxième temps : 59"749, un temps impressionnant mais synonyme de nouveau triomphe oranje avec le sacre de Ligtlee.

 



Les épreuves se poursuivent samedi et s'achèvent dimanche.